+ services en département
 
 
 
 
 
Accueil > Concurrence et consommation > Consommation > Une forte mobilisation en soutien aux éleveurs français

Une forte mobilisation en soutien aux éleveurs français

| Publié le 11 décembre 2015 | Dernière mise à jour le 24 mai 2016
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Depuis plusieurs mois, les éleveurs français connaissent une crise majeure liée à des facteurs conjoncturels mais aussi structurels, avec un effondrement des cours des viandes bovines et porcines et du lait de vache, et des conséquences sérieuses pour le revenu des éleveurs.
Dans ce cadre, le Gouvernement a adopté fin juin un Plan de soutien à l’élevage français comportant des mesures d’urgence et des mesures structurelles, avec un suivi des actions tant au niveau départemental (piloté par les DDT/DDTM) qu’à celui de la région (préfet de région et DRAAF).
Deux mesures de ce plan gouvernemental concernent la DGCCRF et ses enquêteurs : un renforcement des contrôles sur l’étiquetage de l’origine des viandes ; la mise en œuvre d’une politique d’achat favorisant l’approvisionnement local dans la restauration d’Etat
Les enquêteurs CCRF dans les directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) ont donc été mobilisés, principalement dans la grande distribution, à la fois sur les promotions sur la viande de porc et sur l’étiquetage de l’origine de la viande bovine.

  • Les promotions sur la viande de porc sont très encadrées, tant sur l’annonce de réduction de prix que sur les périodes possibles depuis la publication d’un arrêté du 10 juin 2015. 35 contrôles ont été réalisés en juillet et août dans 32 établissements. 22% des établissements contrôlés ont présenté des anomalies, 3 procès-verbaux de contraventions ont été dressés pour infraction à l’arrêté spécifique de juin 2010.
  • Concernant l’étiquetage et la traçabilité de la viande bovine, 110 contrôles ont été effectués dans 104 établissements. Le taux d’anomalies est très élevé (52%), 11 établissements présentant des manquements justifiant des injonctions administratives et des procès-verbaux d’infractions (absence d’information, informations inexactes, etc.). En conséquence, cette action de contrôle se poursuit.

Enfin le Pôle C de la Direccte a réalisé une plaquette relative à l’approvisionnement local dans la restauration collective afin qu’il soit cohérent avec les principes du Code des marchés publics.

--

->Articles du même thème :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics