Oenotourisme : un label au Pays de Bergerac

| Publié le 3 octobre 2014 | Dernière mise à jour le 14 octobre 2014
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Invité par Mme Florence Cathiard, présidente du Conseil Supérieur de l’Oenotourisme depuis le 28 mai 2014, propriétaire du Château Smith Haut Lafitte, le Ministre des Affaires Etrangères et du Développement International a remis le label Vignobles et Découvertes au Pays de Bergerac.

JPEG - 7.4 ko


Le label Vignobles et Découvertes, marque collective propriété de l’Etat (Ministère en charge du Tourisme) déposée en 2010, a pour objectif de promouvoir le tourisme sur le thème de la vigne et du vin.
Après une instruction des demandes par Atout-France, ill est attribué pour une durée de trois ans par le Conseil Supérieur de l’Oenotourisme, à des destinations à vocation touristique et viticole proposant une offre de produits touristiques multiples et complémentaires (hébergement, restauration, visite de cave et dégustation, musée, événement,…).Il permet
• d’améliorer la lisibilité de l’offre (multiplicité des produits et des appellations)
• d’accroître la fréquentation et la consommation touristique
• de développer les débouchés touristiques pour la filière viticole.
Quarante destinations sont actuellement labellisées Tourisme et découverte.
Le Pays de Bergerac est la première destination Aquitaine à accéder à la marque (le développement antérieur par le Conseil Régional Aquitaine d’un label "Destination Vignoble" inspiré des mêmes principes a longtemps bloqué le développement en Aquitaine de la marque nationale)

Réunion d’échanges avec les professionnels de la viticulture :

La réunion s’est tenue en présence de la presse.
Les professionnels présents venaient majoritairement du Bergeracois, mais également du Bordelais, et même du Lubéron (Président des Vignerons Indépendants de France).
Participaient également à la réunion le Préfet de la Dordogne, le Directeur Départemental des Territoires de la Dordogne, a représentante du Direccte Aquitaine, la responsable du suivi de l’oenotourisme à Atout-France, le directeur de l’Office du Tourisme de Bergerac
Une volonté générale a été clairement exprimée, de développer les différentes formes d’accueil qui contribuent à la qualité de l’offre oenotouristique, considérée comme un atout majeur par les viticulteurs, Des exemples locaux ont été présentés : maisons des vins, routes des vins, chartes d’accueil dans les propriétés, harmonisation de la signalétique, information remise à jour et basculée tous les matins par SMS aux hébergeurs sur les propriétés ouvertes à la visite…
Des suggestions ont été faites :

  • création d’un site portail multilingue ouvrant avec des liens vers l’offre oenotouristique
  • instituer une logique de cluster sur la thématique

Des demandes plus particulières ont été adressées au Ministre :

  • un appui au développement à l’export dans un contexte de marché français bloqué et d’un repli des marchés étrangers en 2014, après plusieurs années de progression (crainte d’une réorientation des aides d’Agrimer sur les maladies du bois)
  • l’instauration d’une politique pédagogique pour faire de la viticulture un sujet de fierté pour les jeunes
  • sans la remettre en cause, le souhait de voir mieux définies les conditions d’application de la loi Evin, pour lever les insécurités juridiques qui entourent la notion de publicité

    Dans un dialogue très ouvert avec les viticulteurs, le Ministre a tour à tour évoqué :

  • sa volonté personnelle d’intégrer le tourisme dans le champ d’action de son ministère : le constat, dans ses nombreux contacts à l’étranger, de l’image forte de la France dans les domaines de la gastronomie, des vins, du patrimoine (monuments, paysages…) et sa demande d’élargissement du Ministère au Président de la République et au Premier Ministre
  • le réservoir énorme de développement économique et d’emplois qu’offrent les perspectives d’augmentation des flux touristiques à l’international dans les quinze ans qui viennent (un milliard de nouveaux voyageurs attendus)
  • l’enjeu que représente l’investissement d’internet pour la promotion de l’offre touristique à l’étranger
  • la nécessité de palier aux faiblesses ressenties par les étrangers sur l’accueil et l’hospitalité des lieux et des habitants : progrès à faire en langue ; en caractère des grands pôles d’accueil (ex de comparaison pour les pratiquants de l’eurostar entre la gare de Saint Pancras à Londres et la gare du Nord à Paris) ; se placer dans une logique d "’histoires à raconter", associant étroitement les hommes au territoire
  • son intention de provoquer le 20 mars 2015 une vaste opération de promotion de la gastronomie française, avec, simultanément
    - l’organisation dans 1 500 restaurants dans le monde de repas à la française, accompagnés de vins
    - la réception à Versailles des ambassadeurs des différents pays concernés.
-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics