+ services en département
 
 
 
 
 
Accueil > Concurrence et consommation > Consommation > Les vendanges sous haute surveillance

Les vendanges sous haute surveillance

| Publié le 10 décembre 2015 | Dernière mise à jour le 31 décembre 2015
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Les spécialistes « vins » du Pôle C sont sur des charbons ardents dans les quelques semaines précédant les vendanges et durant toute la durée de celles-ci. Deux actions se cumulent en cette période :

L’instruction des demandes d’autorisation d’enrichissement des vins :

L’instruction est faite en lien avec les services locaux de l’Institut National de l’Origine et de la Qualité (INAO), les demandes d’autorisation d’enrichissement des vins conduisent à des arrêtés d’autorisation du Préfet de région.
L’enrichissement consiste à compenser une pauvreté en sucre des raisins due à des conditions climatiques difficiles par l’addition de moût concentré ou de sucre. L’autorisation de cette dernière technique (appelée chaptalisation) est soumise à des conditions très encadrées par le droit européen viticole. Or cette technique est traditionnelle en Aquitaine, d’où des instructions rendues plus complexes.
Avec un mois de juillet sec et des conditions météo favorables au moment des vendanges, la richesse en sucre de nombreux cépages a été assez exceptionnelle, en particulier pour les merlots. De ce fait, les demandes d’enrichissement et de chaptalisation pour les vins AOC ont été très ciblées et limitées quant à la proportion d’ajout, d’autant que depuis maintenant plus d’un an tout un travail a été réalisé en lien avec l’INAO, la DRAAF et les fédérations viticoles régionales pour mettre en place un réseau de parcelles de référence afin d’ajuster au mieux les besoins au strict nécessaire.
Cette année, les professionnels des AOC ont joué le jeu : là où cela n’était pas nécessaire, il n’y a pas eu de demande et lorsqu’il y en a eu elles ont été très circonscrites.
Au total, pour l’ensemble de la région, 24 demandes d’enrichissement ont été instruites et 18 arrêtés d’autorisation ont été rédigés.

Des prélèvements de raisins pour déceler les fraudes :

Dès les premières vendanges, qui sont intervenues cette année pour les blancs secs à partir du 21 août, les inspecteurs viticoles de la « répression des fraudes » de la Direccte parcourent le vignoble pour effectuer des prélèvements de raisins Une quarantaine d’exploitations sont concernées, la Douane faisant de même dans une quarantaine d’autres.
Ces prélèvements ont pour objet de nourrir une banque de données constituée par les résultats des analyses réalisées à Pessac par le laboratoire commun DGCCRF-Douane.
Depuis 1991, la Commission européenne, soucieuse de lutter contre les abus concernant certaines manipulations des vins interdites par le droit européen, en particulier la chaptalisation illégale, a confié à un Centre Commun Européen de Recherches basé en Italie la mise en place d’une base de données qualitatives grâce à une technique d’analyse très puissante des raisins et des vins en découlant , la spectroscopie RMN*. Cette banque de données permet d’authentifier le processus de vinification pour plus de 1400 terroirs européens.
Dans le cadre des enquêtes menées par les agents spécialisés du Pôle C pour traquer les fraudes sur le vin, l’utilisation de cette banque de données par le laboratoire de Pessac permet également de déceler des pratiques œnologiques illégales, des substitutions d’appellations d’origine, voire de millésime ou des mélanges de millésimes.
Cette dernière fraude sera d’autant plus recherchée avec le millésime 2015 qui s’annonce très prometteur, peut être le meilleur de ces dix dernières années, et donc porteur d’espoir pour tous les opérateurs de la filière viticole, tant « l’effet millésime » est sensible pour les vins de notre région.

*la Spectroscopie à résonance magnétique nucléaire (RMN) est une technique utilisée pour la détermination des structures chimiques qui exploite les propriétés magnétiques de certains noyaux atomiques.

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics