+ services en département
 
 
 
 
 
Accueil > Concurrence et consommation > Consommation > Certains champignons commercialisés peuvent être dangereux

Certains champignons commercialisés peuvent être dangereux

| Publié le 18 octobre 2016 | Dernière mise à jour le 4 janvier 2017
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Certains champignons commercialisés peuvent être dangereux s’ils ne sont pas cuits suffisamment avant consommation

A la suite d’avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES) estimant que la consommation des champignons Suillus granulatus (bolet granulé) et Armillaria mellea (Armillaire couleur de miel) est susceptible de provoquer des intoxications, que Russula olivacea (Russule olivacée) peut être responsable d’intoxication lorsqu’il est consommé cru ou insuffisamment cuit et que Lentinula edodes (Shiitake) peut provoquer des dermatites toxiques s’il est consommé insuffisamment cuit, la Secrétaire d’État chargée de la Consommation a publié au Journal officiel du 18 août 2016 un arrêté daté du 5 août suspendant la mise sur le marché de ces champignons lorsqu’ils sont frais et non accompagnés d’une information sur leur mode de cuisson.
Le Shiitaké (appelé aussi communément par les francophones Lentin) est originaire de Chine mais est également cultivé en France et peut notamment être commercialisé en vrac ou préemballé.
Pour éviter un risque toxique, ces champignons, à l’état frais, ne doivent être consommés qu’après une cuisson prolongée.
L’arrêté du 5 août 2016 interdit à tout professionnel (grossistes, commerçants) de mettre sur le marché ces espèces de champignons, présentés préemballés ou en vrac, sans que ceux-ci soient accompagnés d’une mention d’avertissement sur la nécessité de faire cuire suffisamment ces champignons avant de les consommer afin de faire cesser le danger pour les consommateurs.
La commercialisation de ces champignons sans cette information obligatoire est punie d’une contravention de 5e classe pouvant aller jusqu’à 10 000€.

Consulter :

Contact : ALPC.polec@direccte.gouv.fr

--

->Articles du même thème :

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics